Le marché dynamique des assurances affiche un taux de croissance de 4,5 % et une contribution de 3 % au produit intérieur brut mauricien en 2011. Ce secteur fortement concurrentiel exige une adaptation constante, d’où la décision de Rogers et du groupe Swan de fusionner leurs opérations afin de constituer une force incontournable à l’échelle nationale et de se donner du muscle pour élargir leurs horizons à l’international.

photos : rogers image bank | manoj nawoor

Le marché mauricien des assurances est en pleine évolution. Selon les chiffres de l’instance régulatrice, la Financial Services Commission, le total des actifs et le volume des primes brutes des compagnies d’assurance générale ont enregistré une tendance haussière ces dernières années. Pour sa part, l’activité d’assurance à long terme, un marché où le prix est l’élément décisionnel, est également en croissance. Rogers & Co. Ltd a une présence établie dans ce secteur par le biais d’Albatross Insurance Co. Ltd. Les activités de cette société, initialement créée en 1975 par Hardy Régnard Ltd, ont été scindées en mars 2010 en deux entités distinctes – Cim Insurance et Cim Life – conformément aux exigences de la législation en vigueur.

Depuis le 30 juin 2012, Rogers a franchi une autre étape importante en joignant ses forces à celles d’un leader du marché, le groupe Swan. L’intégration, d’une part, des opérations d’assurance générale de Cim Insurance à celles de Swan Insurance Co. Ltd et la fusion, d’autre part, des activités d’assurance à long terme de Cim Life et The Anglo-Mauritius Assurance Society Ltd viennent conforter le positionnement du groupe dans ce secteur. Ainsi, Rogers se retrouve désormais avec une participation à 22,7 % dans Intendance Holding Ltd, qui contrôle Swan Insurance Co. Ltd ainsi que The Anglo-Mauritius Assurance Society Ltd. Dans la foulée de cette fusion, les activités de gestion de fonds et de courtage en bourse de Rogers et d’Anglo-Mauritius Financial Services Ltd ont été regroupées sous le contrôle d’une nouvelle entité filiale de Swan, Anglo-Mauritius Investments Ltd, en contrepartie de 20 % du capital de cette société.

Louis Rivalland, CEO du Groupe Swan.

« Le secteur des assurances est très compétitif, d’où la nécessité d’être mieux armés et d’avoir accès à un plus grand nombre de compétences. De ce fait, cette fusion permet d’unir les forces de deux entités pour avoir, sous un seul nom, plus de muscles, de ressources et de capacités pour conquérir de nouveaux marchés à l’échelle locale et internationale. Nous sommes dans une logique de continuer à offrir un meilleur service à travers les compétences des deux parties », explique Louis Rivalland, le Chief Executive Officer (CEO) du groupe Swan.

Séparément, Rogers et Swan étaient déjà des acteurs importants du marché. Avec des parts de marché de quelque 35 % dans les assurances générales et un peu moins de 20 % des assurances à long terme à l’issue de cette fusion, le groupe Swan prend une dimension encore plus forte.

« Cette fusion est un développement positif pour ces compagnies regroupées. Elle leur permet de se repositionner au mieux et d’élargir leur champ d’activité afin d’être plus compétitives et mieux équipées pour répondre à un environnement en constante évolution. Nous partageons la même vision en ce qui concerne notre positionnement et notre développement international. À travers ce regroupement, il s’agit d’unir nos forces pour mieux répondre aux attentes de nos marchés et devenir la référence dans les services financiers non bancaires », ajoute Louis Rivalland.

Les consommateurs de produits d’assurances devraient aussi en sortir gagnants. « En raison de l’évolution constante du marché, nos produits et services doivent impérativement répondre au mieux aux demandes de la clientèle. La mise en commun de nos ressources et de notre savoir-faire technique permettra à chaque entité de bénéficier de l’expertise de l’autre. C’est un atout important sur lequel nous comptons pour faciliter l’amélioration et le développement continu de nouveaux produits d’assurances adaptés aux besoins des différents segments du marché. »

ette fusion ne modifie en aucune façon les modalités des polices d’assurance en cours de Cim Life et Cim Insurance, et ce jusqu’à leur expiration, tient-il à rassurer. « Par contre, à l’issue de cette fusion, les clients pourront bénéficier d’un service encore plus pointu. » Le CEO du groupe Swan explique également que les fusions récentes ou en cours dans le secteur des assurances n’auront pas forcément pour conséquence une amplification du risque de trop forte concentration sur le marché. Il y voit plutôt le signe que le nombre de compagnies est appelé à diminuer dans les années à venir, attribuant cet état de choses à un besoin pour certaines d’entre elles de se renforcer financièrement et d’optimiser leurs ressources propres et leurs principaux canaux de distribution. « Cela ne que créer un effet de synergie au niveau des services proposés aux clients et renforcer la dynamique du secteur des assurances à Maurice. »

Il soutient, d’autre part, que la présence d’un nombre trop élevé de compagnies d’assurances dans un marché restreint peut engendrer un effet de nivellement par le bas de la prime d’assurance, en dessous du niveau réel de risque. « Cette situation indésirable survient au détriment de la qualité des garanties et du service des sinistres, avec pour conséquence directe un risque pas suffisamment sécurisé pour l’assuré. »

« Un des enjeux majeurs pour notre filière à Maurice est de pouvoir évoluer dans un marché qui se veut plus professionnel et financièrement sain. Nous continuons d’offrir des couvertures variées et innovantes, ayant pour effet direct la création naturelle d’une dynamique qui encourage et suscite la concurrence. De plus, ce secteur contribue positivement à la croissance de l’économie mauricienne et ne vise qu’à se développer au niveau national et international. »

UN SIÈCLE ET DEMI DANS LES ASSURANCES

Le groupe Swan est l’un des leaders sur le marché des assurances à Maurice avec des bénéfices nets d’impôts de quelque Rs 213 millions (environ € 5,5 millions) en 2011, représentant une hausse de 4,3 % par rapport à l’exercice précédent. Sa longue histoire remonte à 1854, avec la constitution de The Mauritius Fire Insurance Company Limited, qui sera suivie 17 ans plus tard de celle de Colonial Fire Insurance Company Limited. Les activités de ces deux entités seront reprises par Swan Insurance Co. Ltd en mars 1955. Le groupe est actuellement présent sur le segment des assurances générales à travers Swan Insurance Co. Limited. L’activité d’assurance à long terme est gérée par The Anglo-Mauritius Assurance Society Ltd, compagnie dans laquelle Swan Insurance a acquis une participation majoritaire en 1972.

CONFIGURATION DU MARCHÉ

Conformément aux normes de l’Association internationale des contrôleurs d’assurance (AICA), la législation mauricienne sur les assurances (Insurance Act 2005) exige que les assureurs autres que les réassureurs professionnels s’abstiennent d’entreprendre à la fois des activités d’assurance à long terme et générale afin de mieux protéger les intérêts des assurés.

Défilement vers le haut