Sir Walter Rogers

Focus sur des moments et personnalités phares qui ont façonné de manière durable l’histoire du Groupe Rogers – et celle de l’île Maurice.

1 Des débuts sous le signe du transport maritime

Si Rogers a été constitué en 1899, son histoire remonte à 1876, lorsque sir Walter Rogers achète les parts majoritaires de la Alexander Duff & Co (devenue ensuite la F. Laroque & Co.) qu’il codirige depuis Madagascar. Revenu à Maurice en 1897, il rachète le reste des parts de l’entreprise et fonde Rogers & Co. en 1899, installée dans un bâtiment face à la poste centrale de Port Louis. Sa compagnie offre alors des services maritimes aux marchands et négociants, puis étend ses activités à l’import-export. Au décès de sir Walter, dix ans plus tard, son petit-neveu, Eddy Rogers, et l’épouse de ce dernier, ainsi que le partenaire de la compagnie (Louis Goupille), héritent du Groupe et en poursuivent la gestion.

2 Les frères Maingard : un nouvel essor

Amédée Maingard.

Malgré une passe difficile, le Groupe survit aux deux grandes guerres et accueille de nouveaux éléments : au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Amédée Maingard et son frère René (dit « Colo ») rejoignent ainsi Rogers & Co., alors dirigé par leur père. Forts de leurs expériences et de leurs contacts à l’étranger – ayant tous deux servi au sein de l’armée britannique –, les frères Maingard apportent de nouvelles idées pour la diversification du Groupe, notamment dans la logistique, l’aviation et le tourisme. Dès 1945, ils décrochent le contrat pour la représentation d’Air France ; de nombreuses autres compagnies aériennes suivront. Amédée Maingard est également à l’origine du premier hôtel de l’île – le Park Hotel à Curepipe, inauguré en 1952 – et de la création d’Air Mauritius en 1967. À l’indépendance de Maurice en 1968, le Groupe possède ainsi un portefeuille d’activités diversifié.

Sir René Maingard (Left).

3 Croissance et restructuration sous les Taylor

Derek Taylor.

Tim Taylor.

Dans les années 1970, Rogers fusionne avec les compagnies Taylor Smith et Roger de Spéville, et accueille deux groupes de l’industrie sucrière – Espitalier-Noël et Weal – en tant qu’actionnaires. Grâce à ces nouveaux investissements, Rogers gagne en dynamisme et devient progressivement un conglomérat. Sous la direction de Derek Taylor (CEO de 1984 à 1999), le Groupe connaît une forte croissance dans les secteurs du tourisme et du transport et poursuit son expansion. Rogers investit ainsi dans de nouvelles activités telles que les services financiers et est inscrit à la Bourse de Maurice en 1990. À l’orée des années 2000, le Groupe entame une restructuration majeure sous l’impulsion de Tim Taylor : jouant un rôle déterminant dans le repositionnement de Rogers, il apporte notamment de la valeur en divisant les activités du Groupe en différents clusters. C’est en 2007 que Tim Taylor cède sa place à l’actuel CEO de Rogers : Philippe Espitalier-Noël.

Défilement vers le haut