À la tête de la Fédération mauricienne de golf depuis deux ans, Christophe Curé estime que la tenue de l’AfrAsia Bank Mauritius Open at Heritage Resorts a permis de découvrir ce qu’est vraiment le golf et espère que cela fera naître de nouvelles vocations.

photos : deeneshen sabapathee

Comment se porte le golf actuellement à l’île Maurice ?

La pratique du golf est en nette progression. La Fédération comptait 350 licenciés au début de mon mandat et nous visons un millier de licenciés cette année. En comptant ceux qui y jouent occasionnellement, on n’est pas loin des 2 000 pratiquants. Les équipes nationales sont aussi de plus en plus performantes au niveau international, avec une première victoire aux Inter-îles de l’océan Indien en 2014.

Que fait la Fédération pour vulgariser ce sport dans le pays ?

Nous organisons sept tournois nationaux par an sur différents les terrains de golf de l’île, ainsi que des compétitions juniors. On a aussi mis en place le « Golf for All », un programme de golf pour tous, avec l’aide du Royal & Ancient Golf Club of St Andrews (R&A) et en collaboration avec le ministère de l’Éducation. L’an dernier, nous avons organisé une initiation au golf pour 500 écoliers dans toutes les régions de l’île. Nous en avons sélectionné une cinquantaine montrant une aptitude au golf, qui sont maintenant en deuxième année et s’entraînent de manière plus intensive. Ce programme est renouvelé tous les ans et même si ces enfants ne deviennent pas des professionnels du golf, ils seront peut-être intéressés un jour à travailler dans le domaine golfique, qui fournit de l’emploi à un nombre important de personnes. En parallèle, nous organisons des journées portes ouvertes pour attirer les Mauriciens vers la discipline.

Pensez-vous qu’un jour, on pourra voir des Mauriciens évoluer sur des circuits professionnels ?

Nous avons un joueur, Ludovic Bax de Keating, qui a atteint le niveau pour jouer sur les circuits professionnels. Il s’est donné encore une année de perfectionnement avant de franchir le cap, en sachant que nous devrons trouver les moyens financiers rapidement pour le préparer au mieux pour les qualifications du Tour début 2016. Sa participation à l’Afrasia Bank Mauritius Open at Heritage Resorts cette année aura été une expérience très enrichissante pour sa carrière future. À la Fédération, nous misons beaucoup sur les jeunes talents afin de produire davantage de golfeurs de niveaux régional et mondial dans les années à venir.

Quel a été l’apport de la Fédération à l’AfrAsia Bank Mauritius Open at Heritage Resorts ?

L’apport de la fédération à l’AfrAsia Bank Mauritius Open at Heritage Resorts a été important. Nous avons notamment avalisé le nom de « Mauritius Open » pour cet événement historique pour l’île Maurice, qui constitue aussi une première mondiale avec un tournoi tri-sanctionné. Ensuite, la Fédération a organisé le regroupement de volontaires. Ces derniers, qui sont tous des licenciés, ont assuré le « live scoring » sur chaque trou et ont occupé la fonction de « marshals » pendant le tournoi. Cela a été une expérience extraordinaire pour ces passionnés de golf.

Qu’est-ce qu’un événement de cette envergure peut apporter au golf à l’île Maurice ?

Une telle manifestation devrait intéresser tous les Mauriciens, pas que les golfeurs. Nous avons la chance d’avoir accueilli à l’île Maurice un événement sportif de très haut niveau. Cela a permis aux non golfeurs de découvrir ce qu’est vraiment le golf. J’espère aussi que cela donnera des idées aux jeunes de voir ces athlètes de haut niveau à l’œuvre. À la Fédération, cela nous donne une assise internationale certaine et l’île Maurice, ainsi que ses hôtels et terrains de golf de niveau international sont de facto reconnus comme pouvant accueillir ce genre d’événements.

Quel est l’avenir du sport à l’île Maurice ?

Il y a un vrai engouement pour la discipline et avec le système d’handicap national mis en place au niveau de la Fédération, nous avons réussi à fédérer l’ensemble des golfeurs mauriciens. Nous avons également obtenu un financement partiel du R&A sur trois ans pour l’embauche d’un Directeur technique national. Celui-ci aidera à professionnaliser la Fédération tant sur le plan administratif que sportif. Le golf a un bel avenir à l’île Maurice !

« J’AI TOUJOURS EU UN CLUB À LA MAIN »

Ingénieur civil de formation, ayant étudié à la Georgia Institute of Technology, à Atlanta (États-Unis), Christophe Curé travaille aujourd’hui dans la promotion immobilière. Il a pratiqué divers sports depuis un très jeune âge, dont l’athlétisme, le tennis et le golf. « Mes parents étaient membres du Mauritius Gymkhana Club et j’ai, pour ainsi dire, toujours eu un club de golf à la main. Je me suis vraiment remis à la discipline en 2007 et j’étais même capitaine de l’équipe mauricienne aux Inter-îles en 2012 », indique-t-il. Membre de la Mauritius Golf Federation depuis 2011, il a succédé au Dr Roy Chavrimootoo à la présidence au début de 2013 pour un mandat de quatre ans. « Nous avons continué le travail sur les bases mises en place par le précédent comité et avec l’équipe en place, nous avançons tous ensemble pour la progression du golf dans l’île. »

Défilement vers le haut