Témoin et acteur privilégié du développement touristique à l’île Maurice, l’ancien directeur général de MTTB revient sur quelques faits marquants de l’histoire du secteur.

« J’étais dessinateur depuis deux ans dans un cabinet d’architectes. J’ai été surpris de me voir proposer un emploi chez Mauritius Travel & Tourist Bureau (MTTB) par le directeur d’alors, Michel Pitot. J’ai beaucoup hésité et puis, Amédée Maingard, qui avait une vision extraordinaire du tourisme, a fini par convaincre mes parents. » C’était en 1955 et Guy Hugnin avait à peine 21 ans.

Cette décision
marque un tournant dans sa vie professionnelle naissante. « à l’époque, il y avait très peu de touristes. Il n’y avait que le Park Hotel, ancien château Mallac, à Curepipe, utilisé principalement pour accueillir les passagers en transit

sur le trajet entre l’Australie et l’Afrique du Sud, et Le Morne Plage, avec quelques rondavelles, qui est devenu par la suite le Paradis. »

L’aventure de Guy Hugnin dans le tourisme commence au bas de l’échelle. Il s’occupe un peu de tout, des transferts de et vers l’aéroport à l’accueil de passagers de navires de la Compagnie des Messageries maritimes et de la compagnie hollandaise Royal Interocean Lines transitant à Port-Louis.

Quelques années plus tard, il participe à l’occasion à un comité de promotion touristique créé par Amédée Maingard. Y siégeaient, entre autres, les représentants d’Air France à Madagascar et à l’île de La Réunion, celui de la British Airways à Nairobi, Jean Ribet, directeur de l’aviation chez Rogers, Michel Pitot et Mlle Marcelle Esclapon. « Il n’y avait pas encore de ministère du Tourisme ou d’Office du Tourisme », précise l’ancien directeur général de MTTB, qui présidera lui-même le conseil d’administration de la Mauritius Tourism Promotion Authority de 2001 à 2004.

Avec l’essor du tourisme, les activités d’agence réceptive et de voyages de MTTB prennent de l’ampleur. Un département de fret voit aussi le jour avec la création de Cargo Express et d’un service de groupage maritime entre la France et l’île Maurice. Au début des années 2000, les services d’agence réceptive et de voyages fusionneront avec ceux de Mautourco et de Rogers Travel respectivement. Cargo Express intégrera, pour sa part, la division logistique de Rogers, aujourd’hui Velogic. Pour Guy Hugnin, la création d’Air Mauritius en 1967 est une étape cruciale.

« Air Mauritius a joué un rôle capital dans le développement du tourisme et du pays. Elle a rouvert des routes abandonnées par d’autres compagnies aériennes. » Il récuse d’ailleurs l’argument selon lequel l’accès aérien poserait problème. Maurice a des accords aériens bilatéraux avec 36 pays, mais les droits de trafic sont actuellement sous-utilisés, principalement pour une question de rentabilité des lignes, avance-t-il.

Un autre événement marquant pour lui est le lancement, avec Michel Pitot, de Veranda Bungalow Village (aujourd’hui Veranda Grand Baie Hotel & Spa) en octobre 1982. Le concept d’hébergement de moyenne gamme novateur de l’hôtel, alors dirigé par Sybille Manuel, accroche immédiatement. « Il y avait une réelle demande pour les petits hôtels et on avait bien préparé l’ouverture. Au mois de novembre, on affichait un taux d’occupation de 97% ! » Guy Hugnin a pris sa retraite de MTTB en 2000, mais il ne chôme pas pour autant. à bientôt 80 ans, ce passionné de chevaux agit toujours comme consul honoraire de la Hongrie à Maurice et siège également aux conseils d’administration du goupe Veranda Leisure & Hospitality (VLH), de Sky Flyers, agence de voyages dirigée par sa fille, ainsi que de SOS Children’s Villages, entre autres.

Défilement vers le haut